Voir plus
Voir moins

Contribution du RIISQ à un rapport de l’ONU

Des membres du réseau publient un article dans un rapport du Bureau de l’ONU pour la réduction des risques.

Par Pierre-Etienne Caza

27 mai 2022 à 9 h 39

Des membres du Réseau inondations intersectoriel du Québec (RIISQ) provenant de diverses institutions, dont l’UQAM, signent un article publié dans le Global Assessment Report on Disaster Risk Reduction, publié par le Bureau de l’ONU pour la réduction des risques.

Les membres du RIISQ ont rédigé l’article intitulé «Intersectoral research and multi-risk approaches in Québec: systemic risk management and its psychosocial consequences.» «L’article décrit la nature et les déterminants des impacts psychosociaux associés aux sinistres, et illustre l’importance des approches intersectorielles et concertées afin d’améliorer notre capacité à faire face aux risques systémiques», explique la professeure associée à l’Institut des sciences de l’environnement Anne-Sophie Gousse-Lessard, membre du RIISQ.

Publié aux deux ans, le Global Assessment Report complète, en quelque sorte, le rapport du GIEC en s’attardant sur ce tout ce qui s’est produit à travers le monde en matière de désastres naturels, précise Philippe Gachon, directeur général du RIISQ et professeur au Département de géographie. «Le rapport  s’inscrit dans la foulée du Cadre d’action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophes 2015-2030. L’objectif est d’améliorer la collaboration des États à travers le système des Nations Unies pour tout ce qui touche aux risques et catastrophes naturelles, non seulement pour intervenir lorsqu’ils surviennent, mais aussi pour mieux les prévenir, s’y préparer et assurer un bon rétablissement.»

Outre Anne-Sophie Gousse-Lessard et Philippe Gachon, on retrouve parmi les 10 cosignataires de l’article le professeur du Département de communication sociale et publique Bernard Motulsky ainsi que Valérie Vermeulen, agente de recherche au RIISQ. Les autres collaboratrices et collaborateurs, membres du RIISQ, proviennent de l’UQAR, de l’UQAC, de l’Université de Sherbrooke et de l’Institut national de santé publique du Québec.

Travail intersectoriel et risques systémiques

Le Bureau de l’ONU pour la réduction des risques a retenu deux des recommandations formulées par les autrices et auteurs de l’article. «Il faut absolument briser les silos et favoriser le travail intersectoriel pour gérer les désastres naturels, souligne Philippe Gachon. Et il faut tenir compte de l’effet domino : une catastrophe peut se combiner à d’autres facteurs de stress et multiplier les impacts négatifs à court, moyen ou long terme.»

Ainsi, le Global Assessment Report souligne l’importance d’évaluer les coûts de santé liés aux effets des catastrophes. «Aucune étude ne suit les populations pendant la phase de rétablissement après un désastre, note Philippe Gachon. Or, ces effets indirects sont loin d’être négligeables et finissent par coûter encore plus cher que les dégâts matériels. À moyen et long terme, les désastres ont des impacts psychosociaux encore plus importants.»

L’article met aussi l’accent sur l’importance des sciences humaines et sociales dans la compréhension des risques systémiques associés aux désastres, et au fait que les impacts psychosociaux s’observent à la fois à l’échelle individuelle, familiale et communautaire, ajoute Anne-Sophie Gousse-Lessard. «Il faut également porter une attention particulière à la communication, d’où la contribution du professeur Motulsky. Pour que les populations touchés développent une meilleure résilience, il est impératif de bien communiquer avec elles. On l’oublie trop souvent!»

Assemblée générale du RIISQ

Plusieurs Uqamiens participent à l’Assemblée générale annuelle du RIISQ, qui se tiendra les 31 mai et 1er juin prochains en présentiel à Québec. L’objectif de la rencontre est de permettre aux différents acteurs et actrices de la gestion des inondations au Québec de s’informer, de réfléchir, d’échanger et de réseauter.

Au programme de cette assemblée, on note, entre autres, que Philippe Gachon y présentera un bilan des activités du réseau, tandis que les professeurs Yannick Hémond (géographie) et Simon Bourdeau (analytique, opérations et technologies de l’information) animeront une activité de simulation de crise d’inondation. Le météorologue Pascal Yiakouvakis (B.Sc. géographie physique, 1985; M.Sc. sciences de l’atmosphère, 1994) prononcera une conférence. La doctorante en études urbaines Marilyne Gaudette et la candidate à la maîtrise en communication Marylène Kouri (B.A. communication/relations publiques, 2020) présenteront deux projets de recherche du RIISQ.

Toute personne intéressée par la recherche sur les inondations au Québec est invitée à y participer. Inscription gratuite mais obligatoire.

Devenu obsolète par une absence de mise à jour chez Microsoft, Internet Explorer pose désormais de nombreux problèmes de compatibilité.

Utilisez le dernier navigateur recommandé par Microsoft

Bénéficiez de la vitesse, de la sécurité et de la confidentialité avec Microsoft Edge

Télécharger Edge