Voir plus
Voir moins

Sarah Tardif est finaliste au concours La preuve par l’image

La doctorante en biologie a soumis une image des minuscules grains de pollen responsables d’un grand nombre d’allergies printanières.

Série

Acfas 2024

11 juillet 2024 à 10 h 11

La doctorante en biologie Sarah Tardif figure parmi les créatrices et créateurs des 20 images finalistes du concours La preuve par l’image de l’Association francophone pour le savoir (Acfas). Il s’agit de la quinzième édition de ce concours, organisé en collaboration avec Radio-Canada, Espace pour la vie et le CRSNG, qui récompense des images issues de recherches scientifiques.

Le public est invité à voter pour son coup de cœur sur le site de Radio-Canada jusqu’au 22 septembre 2024. L’image obtenant le plus de votes remportera le prix du public Découverte de 2000 dollars. Quatre autres prix du jury de 2000 dollars chacun seront également décernés.

Espace pour la vie présente l’exposition des 20 images de l’édition 2024, gratuitement, sur le parvis extérieur du Biodôme, jusqu’au 15 novembre prochain.

Atchoum!
Photo: Sarah Tardif

Plus fins qu’un cheveu, les minuscules grains de pollen que l’on peut observer dans cette image réalisée par microscopie confocale sont responsables d’un grand nombre d’allergies printanières. Chaque grain a ses particularités qui se révèlent sous le microscope: taille, forme, fluorescence… On voit ici, entre autres, des pollens d’érable, d’aulne, de pin et de bouleau. Pour connaître la répartition de ces allergènes au sein d’une ville, il faut avoir recours à plusieurs capteurs de pollen. Les scientifiques évaluent leur concentration sur 25 sites répartis sur toute l’île de Montréal afin de contribuer à l’aménagement des forêts urbaines et d’éviter ainsi les éternuements printaniers.

À l’été 2022, sous la direction du professeur du Département des sciences biologiques Alain Paquette, Sarah Tardif avait réalisé une étude originale analysant la quantité de pollen inhalée par les cyclistes sur deux des principales pistes cyclables montréalaises. Elle coanimait également cet été-là une balade du Cœur des sciences faisant apprécier les nombreux bienfaits des arbres en milieu urbain.