Voir plus
Voir moins

Bénédicte Ramade honorée par la Faculté des arts

L’historienne de l’art obtient le Prix d’excellence en recherche et en recherche-création pour les personnes chargées de cours.

27 mars 2024 à 9 h 13

Chargée de cours à l’École des arts visuels et médiatiques depuis 2017, Bénédicte Ramade est la lauréate 2024 du Prix d’excellence en recherche et en recherche-création pour les personnes chargées de cours de la Faculté des arts. La distinction lui sera remise le 8 mai prochain. Elle est aussi chargée de cours au Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal depuis 2013, après avoir enseigné une dizaine d’années à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Jouissant d’un rayonnement national et international, Bénédicte Ramade est historienne de l’art, critique et commissaire d’expositions. Elle s’intéresse tout particulièrement aux pratiques artistiques en lien avec les enjeux environnementaux et écologiques depuis la fin des années 1990. Son ouvrage Vers un art anthropocène. L’art écologique américain pour prototype, consacré à la réhabilitation de ce mouvement artistique apparu au cours des années 1960, a été finaliste du prix Pierre Daix du livre d’histoire de l’art en 2023. Paru en 2022 aux Presses du réel, l’ouvrage actualisait la recherche doctorale de Bénédicte Ramade, réalisée en esthétique et histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Critique d’art depuis 25 ans, d’abord en France pour L’Œil, puis au sein de la rédaction d’Espace, Art Actuel depuis son arrivée au Québec, Bénédicte Ramade a développé une expertise qui couvre les champs de la création contemporaine en plus de sa spécialisation universitaire. Dans sa pratiques curatoriale, elle a mis en espace les interrogations et découvertes réalisées au cours de ses recherches et de celles de plusieurs artistes, qu’il s’agisse du concept de «nature culturelle», des «pratiques artistiques du déchet», de la biodiversité ou des temporalités de l’Anthropocène.

Plus récemment, la chargée de cours a été commissaire de l’exposition monographique d’Anahita Norouzi «Jardin trouble/Troubled-Garden», présentée en mai 2022 par la Fondation Grantham pour l’art et l’environnement à Saint-Edmond-de-Grantham. Elle a aussi été conseillère scientifique et productrice de contenu pour le MOOC «Art et écologie» du Centre Pompidou, offert à l’automne 2022 et co-produit par l’UQAM et le Centre de recherche FIGURA sur les théories et les pratiques de l’imaginaire. Bénédicte Ramade est aussi conseillère scientifique pour la Fondation Grantham et pour le Musée Pointe-à-Callière.

Chercheuse associée au Centre de recherche Culture-Arts-Sociétés (CELAT), au Centre de recherche FIGURA, basé à l’UQAM, et à la Chaire CREAT de l’Université de Montréal, la chargée de cours développe actuellement une expertise sur les émotions associées aux changements climatiques dans l’art contemporain.

À l’invitation du Musée d’art contemporain de Montréal, Bénédicte Ramade dirigera la programmation du 16e colloque international Max et Iris Stern, qui aura lieu les 12 et 13 avril 2024 sur le thème Plus-qu’humain, plus-que nature: au-delà du vivant.

Un épisode du balado Trajectoires, diffusé sur CHOQ.ca, lui a été consacré.