Voir plus
Voir moins

Justine Lalande nommée au Conseil jeunesse de Ressources naturelles Canada

La doctorante partagera ses perspectives sur les enjeux les plus pressants au pays en matière de climat et de ressources naturelles.

13 décembre 2022 à 14 h 53

La doctorante et chargée de cours au Département de communication sociale et publique Justine Lalande figure parmi les 12 personnes composant le premier Conseil jeunesse de Ressources naturelles Canada, dont la formation a été annoncée par le ministre des Ressources naturelles, Jonathan Wilkinson, à l’occasion de la COP15, le 12 décembre dernier.

Pendant leur mandat d’un an, les membres du Conseil jeunesse partageront leurs idées sur les enjeux les plus pressants au pays en matière de climat et de ressources naturelles, y compris sur les politiques qui touchent la décarbonation des transports, la restauration de la nature, l’efficacité énergétique, une transition équitable qui fournit des emplois durables, et les partenariats et la réconciliation économique avec les peuples autochtones.

Les membres du Conseil feront part au ministre et aux cadres supérieurs des perspectives qu’ils ont acquises au fil de leurs études et de leurs expériences personnelles en vue de guider et de soutenir les processus d’élaboration des politiques tout en apprenant les uns des autres.

Emballée par le défi

Sélectionnée parmi plus de 250 candidates et candidats, Justine Lalande se réjouit de faire partie de ce nouveau Conseil jeunesse. «J’espère pouvoir contribuer à faire entendre la voix des jeunes auprès du ministre en ce qui a trait aux prises de décisions politiques concernant le futur des ressources naturelles au Canada, un enjeu qui est intimement lié à la transition énergétique et à la lutte aux changements climatiques, déclare-t-elle. Nous aurons plusieurs rencontres au courant de la prochaine année et je vais me préparer en consultant d’autres jeunes sur ces sujets spécifiques pour avoir un avis plus éclairé sur ce que souhaite notre génération.»

Justine Lalande est emballée à l’idée de travailler avec ses 11 nouveaux collègues. «J’ai eu la chance d’en rencontrer quelques-uns brièvement cette semaine à la COP15 et, déjà, nous avons pu avoir des discussions très intéressantes et enrichissantes sur le futur des ressources naturelles au Canada. Nos parcours sont très complémentaires et diversifiés», constate-t-elle.

Titulaire d’un baccalauréat en science politique de l’Université Laval, d’un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en gestion du développement international et de l’action humanitaire, et d’une maîtrise en sciences de l’administration, Justine Lalande donne ce trimestre le cours Affaires publiques, relations gouvernementales et lobbying.

Sa thèse porte sur les discours liés à la transition énergétique entourant l’acceptabilité sociale des projets miniers au Québec. Plus largement, ses intérêts de recherche sont liés à l’astroturfing, à la participation publique et à l’étude de controverses environnementales. Elle a reçu la bourse de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant à l’Assemblée nationale du Québec et a récemment reçu une bourse en recherche doctorale des Fonds de recherche du Québec.