Voir plus
Voir moins

Pleins feux sur les États-Unis à l’UQAM

Les relations et influences réciproques entre le Québec et les États-Unis seront le thème de nombreuses activités pendant quatre jours.

Par Jean-François Ducharme

13 septembre 2022 à 16 h 58

Une dizaine de conférences, de tables rondes, d’ateliers et de kiosques seront au programme de l’événement Les États-Unis à l’UQAMqui aura lieu du 20 au 26 septembre dans divers pavillons de l’Université. L’événement, qui vise entre autres à faire rayonner les expertises uqamiennes sur les États-Unis, à stimuler de nouvelles collaborations de formation ou de recherche et à favoriser la mobilité étudiante et professorale, est une initiative du Rectorat, en partenariat avec le Consulat général des États-Unis à Montréal et en collaboration avec le Service des relations internationales et diplomatiques (SRID).

Les États-Unis à l’UQAM entend traiter des relations, rapports et interinfluences entre le Québec et les États-Unis sous les axes de l’environnement et des changements climatiques, des arts, de la culture et de l’histoire, ainsi que de la politique et des relations bilatérales. L’événement mettra en lumière des résultats de recherche, des partenariats porteurs, des expériences inspirantes, des projets en cours et des réflexions favorisant les regards croisés de différentes disciplines ou approches.

L’inscription est obligatoire pour la plupart des activités. En marge de l’événement, des kiosques animés par le SRID offriront de l’information sur les possibilités de mobilité étudiante aux États-Unis, du 20 au 22 septembre, de 12 h 30 à 14 h, à l’Agora du pavillon Judith-Jasmin.

Coup d’envoi: mardi 20 septembre

Le coup d’envoi de l’événement sera donné lors d’une soirée d’ouverture intitulée «1, 2, 3 Action! Quand le Made in Québec s’inspire du Born in the USA», qui aura lieu le mardi 20 septembre, de 17 h 30 à 19 h, à la salle D-R200 du pavillon Athanase-David. Regroupant des spécialistes du domaine des médias, la table ronde portera sur l’influence de la culture américaine sur les productions télévisuelles, cinématographiques et médiatiques au Québec. Catalina Briceño, professeure à l’École des médias, s’entretiendra avec Mara Gourd-Mercado, directrice générale de l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision, chapitre du Québec, Philippe Lamarre (B.A. design graphique, 2000), fondateur et président de Urbania, et Pierre Barrette, directeur de l’École des médias. La rectrice Magda Fusaro et la Consule générale des États-Unis à Montréal Ana Escrogima prononceront une allocution de bienvenue.

La Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques organise la table ronde «Le Québec et les États-Unis dans l’ère Trump-Biden: un état des lieux» de 12 h 45 à 14 h, à la salle D-R200. Les panelistes, dont Frédérick Gagnon, titulaire de la Chaire, analyseront de quelle façon le Québec, son gouvernement et ses entrepreneurs parviennent à tirer leur épingle du jeu en dépit des obstacles des dernières années, notamment la pandémie de COVID-19 qui a entraîné des restrictions frontalières et le retour en force du protectionnisme américain. La table ronde est animée par Christophe Roy-Cloutier, directeur par intérim de l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand.

Une table ronde intitulée «Catalyzing cross-border climate cooperation between Quebec and the United States of America», aura lieu à la salle PK-1140 du pavillon Président-Kennedy, de 14 h à 15 h 30. Les panélistes aborderont les différentes questions que soulève la collaboration nécessaire entre le Québec, le Canada et les États-Unis dans la lutte aux changements climatiques, particulièrement en ce qui concerne les marchés de l’électricité et le marché du carbone reliant la Californie et le Québec. La table ronde sera animée par Mark Purdon, professeur au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale et titulaire de la Chaire sur la décarbonisation de l’ESG UQAM.

Le professeur de l’Université Yale Jeffrey C. Alexander présentera sa théorie de la sphère civile de 14 h à 15 h 30, à la Salle des boiseries (local J-2805) du pavillon Judith-Jasmin. Animée par Jean-François Côté, professeur au Département de sociologie, la conférence présentera les repères analytiques et organisationnels de la théorie tout en questionnant la composition d’une sphère civile nord-américaine soutenue par les relations bilatérales entre le Canada et les États-Unis.

Mercredi 21 septembre

Trois conférences se tiendront le lendemain. Présentée par le Réseau inondations intersectoriel du Québec (RIISQ), la première s’intitulera «Climate change and hydrometeorological hazards: QC-USA cross-border collaboration for resilient cities» et aura lieu de 12 h 45 à 14 h à la Salle des boiseries. Animée par le professeur du Département de géographie Philippe Gachon, directeur du RIISQ, la conférence présentera les réflexions et pistes de solutions de spécialistes américains et québécois – dont Philippe Lucas-Picher, professeur au Département des sciences de la Terre et de l’atmosphère – concernant la résilience collective face à l’amplification du cycle hydrologique et à l’occurrence accrue d’extrêmes hydrométéorologiques, telles les inondations.

Une conférence conjointe entre l’UQAM et l’Université de Cincinnati brossera un portrait des synergies industrielles et entrepreneuriales du Midwest américain et du Québec, de 14 h à 15 h 30, à la salle D-R200. Avec un regard sociohistorique, les spécialistes – dont Kerstin Kuyken, professeure au Département de management et directrice du Centre d’études en entrepreneuriat international et interculturel – analyseront l’écosystème industriel de Montréal et de Cincinnati, deux villes créatives qui connaissent depuis quelques années un boom dans plusieurs secteurs, dont les microbrasseries et l’intelligence artificielle. La conférence sera modérée par Tobi Rodrigue, chargé de cours au Département de management.

Une table ronde avec le ministère des Relations internationales et de la Francophonie intitulée «Les délégations du Québec aux États-Unis: quel rôle pour favoriser des partenariats porteurs en enseignement supérieurs?» aura lieu de 17 h 30 à 19 h à la Salle des boiseries. Des délégués du Québec aux États-Unis s’entretiendront avec la rectrice Magda Fusaro sur les occasions de collaboration en lien avec l’enseignement supérieur, les perspectives qui se dessinent pour les unités de recherche de l’UQAM et les modalités pour effectuer un stage.

Jeudi 22 septembre

Une causerie démystifiant le programme Fulbright, qui propose à la population étudiante et au corps professoral de participer à un échange au sein d’une université américaine, aura lieu de 12 h 45 à 14 h, à la Salle des boiseries. Le professeur du Département des sciences juridiques Bernard Duhaime s’entretiendra avec plusieurs panélistes, dont Victor Armony, professeur au Département de sociologie, Marie Connolly, professeure au Département des sciences économiques, et Frédérick Gagnon, professeur au Département de science politique et titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand.

Lundi 26 septembre

Pour clore l’événement, la population étudiante est invitée à découvrir les possibilités d’échanges du programme National Student Exchange (NSE), de 12 h 45 à 14 h, à la Salle des boiseries. Debra Sanborn, présidente de NSE, ainsi que des membres du SRID et des étudiantes et étudiants ayant vécu un échange avec le NSE seront sur place pour présenter le programme et répondre aux questions.

On peut consulter le site Les États-Unis à l’UQAM pour toute information ou pour s’inscrire à l’une des activités.

Devenu obsolète par une absence de mise à jour chez Microsoft, Internet Explorer pose désormais de nombreux problèmes de compatibilité.

Utilisez le dernier navigateur recommandé par Microsoft

Bénéficiez de la vitesse, de la sécurité et de la confidentialité avec Microsoft Edge

Télécharger Edge