Boursières du Fonds pour les femmes en science

Des étudiantes au parcours inspirant reçoivent une bourse dans le cadre d'un petit-déjeuner réseautage.

21 Avril 2022 à 13H24

Les boursières Rivellie Aimée Tchuisseu Tchepnkep (doctorat en sciences de l'environnement), Adele Danielle N’cho (maîtrise en mathématiques), Johanna Andrea Martinez Villa (doctorat en biologie) et Mylène Arbour (maîtrise en sciences de l'environnement). Absente de la photo: Élise Bouchard (doctorat en biologie). Photo: Nathalie St-Pierre

Les cinq premières étudiantes boursières du Fonds pour les femmes en science ont reçu leur bourse à l’occasion d’un petit-déjeuner réseautage, le 21 avril, à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ). S’inscrivant dans le cadre du Mois de la reconnaissance, l’événement s’est tenu en présence de la rectrice Magda Fusaro, de la directrice générale de la Fondation de l’UQAM, Michelle Niceforo, du doyen de la Faculté des sciences, Normand Séguin, et de la vice-doyenne à la recherche de la Faculté des sciences, Isabelle Marcotte.

Les boursières, dont les noms avaient été dévoilés à l’approche de la Journée internationale des femmes et des filles de sciences en février dernier, sont Mylène Arbour (maîtrise en sciences de l'environnement), Élise Bouchard (doctorat en biologie), Johanna Andrea Martinez Villa (doctorat en biologie), Adele Danielle N’cho (maîtrise en mathématiques) et Rivellie Aimée Tchuisseu Tchepnkep (doctorat en sciences de l'environnement).

Créé l’an dernier par la Faculté des sciences, en collaboration avec la Fondation de l’UQAM, le Fonds pour les femmes en science soutient et met de l’avant des étudiantes des cycles supérieurs qui doivent surmonter des embûches de toutes sortes durant leur parcours scolaire, personnel ou professionnel. Au moins deux bourses seront attribuées annuellement à des étudiantes inscrites à temps plein dans l’un des programmes de la Faculté des sciences. La bourse est de 6 000 dollars à la maîtrise (correspondant aux frais de scolarité pendant 2 ans) et de 9 000 dollars au doctorat (correspondant aux frais de scolarité pendant 3 ans).

«Par cette initiative, nous visons à réduire les obstacles au parcours académique, personnel et professionnel des femmes en sciences, a déclaré la rectrice dans son allocution. C’est un enjeu malheureusement bien réel, comme le démontrent les récents chiffres de l’UNESCO: les femmes représentent à peine 30 % de l’expertise scientifique. Contrer la sous-représentation des femmes dans des postes ou domaines dits traditionnellement masculins est un chantier crucial pour notre société.»

Articles connexes
PARTAGER