Voir plus
Voir moins

Basketball: les jumelles Verrier imposent leur rythme

Les sœurs Fredlyne et Fredlaine Verrier contribuent grandement aux succès des Citadins.

Par Jean-François Ducharme

15 novembre 2022 à 16 h 15

Mis à jour le 17 novembre 2022 à 10 h 05

Pour la première fois depuis 2016, l’équipe féminine de basketball des Citadins a remporté ses deux premiers matchs de la saison. Après une victoire convaincante de 83-49 contre les Stingers de l’Université Concordia lors du match d’ouverture, la troupe de Renaldo Maignan a vaincu le Rouge et Or de l’Université Laval, championnes provinciales en titre, par la marque de 65-62, le 11 novembre, à Québec.

Les jumelles Fredlyne et Fredlaine Verrier ont joué un rôle déterminant dans les deux victoires des Citadins. Cocapitaine de l’équipe avec Alexe Dufresne, Fredlyne, qui entame sa deuxième année avec les Citadins, est la meilleure pointeuse au Québec avec une moyenne de 22 points par match. L’étudiante au baccalauréat en action culturelle se classe aussi dans le top 5 pour les rebonds, le pourcentage d’efficacité, les lancers francs réussis et les tirs bloqués.

Fredlaine, une recrue qui étudie au certificat en intervention psychosociale, occupe le premier rang du circuit pour les tirs bloqués, le deuxième rang pour les rebonds et les vols de ballon et se classe dans le top 10 pour les points marqués et les passes décisives. «Ce sont deux joueuses très combatives, qui travaillent aussi fort dans les entraînements que dans les matchs et qui apportent une énergie contagieuse au reste de l’équipe», souligne Renaldo Maignan.

Outre leur physique imposant – les deux mesurent 6 pieds –, les jumelles Verrier se démarquent par leur polyvalence, leur excellent sens du jeu et leurs qualités de leaders. «Elles sont très expressives et exigent le meilleur d’elles-mêmes et de leurs coéquipières, mentionne l’entraîneur-chef. Quand elles disent quelque chose sur le terrain ou dans le vestiaire, les autres joueuses les écoutent.»

Originaires de Montréal, Fredlyne et Fredlaine Verrier ont joué ensemble au niveau collégial pour les Diablos du Cégep de Trois-Rivières. «Elles ont choisi l’UQAM parce qu’elles aimaient nos programmes d’études et la philosophie des Citadins, précise l’entraîneur. Je suis très heureux de diriger deux étudiantes-athlètes qui ont une attitude de gagnantes et qui veulent s’améliorer.»

Renaldo Maignan se réjouit du début de saison de son équipe. «Nous avons le potentiel de remporter le championnat, mais ce ne sera pas facile puisque nous jouons dans une ligue très compétitive, dit-il. L’équipe féminine des Citadins n’a jamais gagné le Championnat provincial, et ce serait un bel exploit de le faire pour notre 20e anniversaire!»