Gestion intégrée de la santé et sécurité du travail

Un nouveau certificat sera offert à compter de l'hiver 2022.

24 Septembre 2021 à 12H16

Au Québec, environ 200 personnes en moyenne meurent chaque année d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle. On compte aussi quelque 100 000 victimes d’accidents de travail annuellement, et les cas de détresse psychologiques, déjà présents avant la pandémie de COVID-19, se sont amplifiés dans plusieurs secteurs depuis. Photo: Getty Images

À compter de l’hiver 2022, l’ESG UQAM offrira un nouveau certificat en gestion intégrée de la santé et sécurité du travail (SST). Ce programme vise à stimuler une approche globale, équitable et éthique de la gestion de la SST dans les milieux de travail. «Nos cours en gestion de la SST, qui étaient offerts dans nos programmes en administration et en gestion des ressources humaines, étaient à ce point populaires qu’ils créaient des vocations!», affirme Mélanie Lefrançois, professeure au Département d’organisation et ressources humaines de l’ESG.

Si d’autres universités offrent des programmes similaires, l’originalité du certificat de l’UQAM est sa vision intégrée de la gestion de la SST, mentionne Hélène Sultan-Taïeb, également professeure au Département d’organisation et ressources humaines de l’ESG. «Nos recherches et notre expérience montrent que, pour être efficaces, les actions et interventions en SST doivent s’arrimer avec les autres domaines stratégiques d’une organisation, que ce soit les ressources humaines, la production, les ventes, les investissements ou les finances», souligne la professeure.

Les codirectrices du programme ont travaillé en étroite collaboration avec l’Ordre des conseillers en ressources agréés (CRHA) pour bien cerner les enjeux de santé et de bien-être du personnel. «Nous allons poursuivre la collaboration avec l’Ordre des CRHA au cours des prochaines années», assure Mélanie Lefrançois. 

Des besoins grandissants

Au Québec, environ 200 personnes en moyenne meurent chaque année d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle. On compte aussi quelque 100 000 victimes d’accidents de travail annuellement, et les cas de détresse psychologiques, déjà présents avant la pandémie de COVID-19, se sont amplifiés dans plusieurs secteurs depuis. «Le projet de loi 59 visant à moderniser le régime de santé et de sécurité du travail créera des besoins encore plus pressants dans tous les milieux», mentionne Mélanie Lefrançois.

Le programme préparera les étudiantes et étudiants à des postes de conseil ou de coordination en SST, autant dans le secteur public, dans les PME que dans les grandes entreprises. «Il y énormément de postes à combler dans tous les types d’organisation», précise la professeure.

«Notre certificat peut aussi attirer des professionnels en poste qui recherchent une certification SST afin de développer leur expertise et d’améliorer leurs actions», ajoute Hélène Sultan-Taïeb.

En contexte de pénurie de main-d’œuvre, la diversité du personnel constitue aussi un enjeu fondamental. «Nos étudiantes et étudiants développeront une sensibilité à travailler avec diverses populations: jeunes, personnes plus âgées, personnel issu de l’immigration, travailleurs et travailleuses en agence», illustre Mélanie Lefrançois.

Programme interdisciplinaire

Le certificat compte 10 cours à suivre, dont 6 obligatoires qui portent, entre autres, sur la gestion éthique et contextualisée de la SST, l’implantation d’interventions de prévention, l’interaction entre la SST et la gestion des ressources humaines ainsi que les aspects juridiques liés au domaine.

Quatre cours optionnels traitant de l’analyse des risques et enjeux de SST en milieu de travail et des compétences transversales complètent la formation. «La SST est un domaine interdisciplinaire qui s’exprime dans l’ADN du programme, avec des cours offerts en collaboration avec les départements des sciences juridiques, de communication sociale et publique, de sociologie et de psychologie», explique Mélanie Lefrançois.

Le certificat peut être jumelé à une majeure ou à deux certificats pour compléter un baccalauréat par cumul de programmes. «Les finissantes et finissants peuvent aussi poursuivre leurs études aux cycles supérieurs, par exemple à la maîtrise en sciences de la gestion ou au doctorat interdisciplinaire en santé et société», souligne Hélène Sultan-Taïeb.

Il est possible de faire une demande d’admission avant le 1er novembre pour amorcer le certificat à l’hiver 2022 ou avant le 1er mai pour l’automne 2022.

Séances d'information en ligne

Deux séances d'information en ligne sur le certificat en gestion intégrée de la santé et sécurité au travail seront offertes le mardi 28 septembre, de 12 h 45 à 13 h 45, et le mardi 19 octobre, de 17 h à 18 h. L’inscription est obligatoire et un lien Zoom sera communiqué par courriel avant la séance.

PARTAGER