Première résidence Intersections

Maryam Eizadifard bénéficiera de cette nouvelle résidence destinée aux artistes émergents membres des minorités ethniques et visibles.

22 Juin 2021 à 15H25

Maryam Eizadifard.Photo: Experimental Film Society

La diplômée Maryam Eizadifard (M.A. arts visuels et médiatiques, 2019) est la première artiste à bénéficier de la Résidence Intersections de recherche, création et diffusion 2021. Lancée par le Conseil des arts de Montréal, l’École des arts visuels et médiatiques et le Centre d’art contemporain OPTICA, cette nouvelle résidence est destinée à des artistes émergentes et émergents récemment diplômés de la maîtrise en arts visuels et médiatiques, membres de minorités ethniques et visibles, et issues de l’immigration (nées à l’étranger ou ici, leurs parents sont originaires d’un autre pays). Les artistes auront accès, notamment, aux ateliers techniques spécialisés de l’École des arts visuels et médiatiques, à un studio de création ainsi qu’à une résidence de recherche au Centre d’art contemporain OPTICA. De l’accompagnement professionnel est aussi offert.

Maryam Eizadifard s’intéresse aux notions d’espace et de temps, inhérentes à l’immigration et au déracinement. L’artiste explore la nature transitoire des lieux et leur impact sur la mémoire et le corps. Ces expérimentations nourrissent le concept de «ville-corps» qu’elle a développé. Dans le cadre de la résidence, Maryam Eizadifard compte poursuivre sa réflexion sur le mouvement migratoire et le statut d’immigrante.

Présidé par la chargée de projets du Conseil des arts de Montréal Iulia-Anamaria Salagor, le jury était composé du professeur à l’École des arts visuels  et médiatiques Romeo Gongora, de la directrice du Centre d’art contemporain OPTICA Marie-Josée Lafortune et de la commissaire Mariza Rosales Argonza.

PARTAGER