L’art qui embellit le quotidien

Un groupe en arts visuels et médiatiques présente ses travaux aux Habitations Jeanne-Mance.

21 Décembre 2021 à 11H16

L’œuvre Ouvrir la porte, de l’étudiante Florence Bernard, invitait le public à découvrir les Habitations Jeanne-Mance. Deux portes symboliques ont été placées en périphérie du terrain pour représenter la richesse de son histoire, de sa diversité culturelle et de ses espaces verts.
Photo :Stéphane Gilot

Le 12 décembre dernier, les étudiantes et étudiants du cours «Pratiques artistiques dans et avec l’espace social» ont présenté leurs projets aux Habitations Jeanne-Mance (HJM), un complexe de logements sociaux situé à quelques pas de l’UQAM dans le Quartier latin, où vivent des personnes originaires de 70 pays. C’est la troisième fois que des étudiantes et étudiants de l’École des arts visuels et médiatiques développent une pratique artistique aux HJM.

Les 14 projets éphémères ont été déployés dans les espaces intérieurs et extérieurs des HJM comme les salles communautaires, les halls d’entrée des tours, la fenestration, les terrains de sport, les jardins et les allées. Ces projets prennent plusieurs formes: sculpturale, graphique, performative, communautaire ou festive. Outre une recherche approfondie dans les archives historiques concernant les Habitations Jeanne-Mance et une analyse fine des spécificités actuelles du quartier, les étudiantes et étudiants ont mis en œuvre une série d’approches et de gestes artistiques tels que la collecte de matériaux et le recyclage in situ, l’écoute et le dialogue, la recherche sonore et musicale, l’échange autour du jardinage et la mise en place d’ateliers destinés aux enfants, aux adolescents et aux personnes aînées. Le cours était donné par les professeurs de l’École des arts visuels et médiatiques (EAVM) Adriana De Oliveira et Stéphane Gilot.

Parmi les projets présentés, l’œuvre Ouvrir la porte, réalisée par l’étudiante Florence Bernard, invitait le public à découvrir les Habitations Jeanne-Mance. Deux portes symboliques ont été placées en périphérie du terrain pour représenter la richesse de son histoire, de sa diversité culturelle et de ses espaces verts. Créé par Jessica Bouillon-Demers, le projet L’invention de la soupe se veut un repas collectif et une cuisine de passage. Les Annonceuses, de Thiercy Limited Co., l’entreprise fictive de l’étudiante Sara Thiercy, proposait une chorale dont les membres étaient accompagnés d’instruments créés à partir d’objets trouvés, entre autres, aux Habitations Jeanne-Mance. Le groupe constitue ainsi une sorte d’orchestre amateur plus ou moins dysfonctionnel accompagné de ses instruments inusités. Tout au long du parcours, le rôle de l’orchestre est d’annoncer les projets réalisés dans le cadre du cours.

Réalisé par l’étudiant Marc Gibert, le projet Variations sur le plan cherche à mettre en relief le symbole vivant d’entraide et d’humanisme que représentent les Habitations Jeanne-Mance. Cette sculpture abstraite et aérienne s’inspire du plan d’urbanisme singulier des HJM datant des années 1950. Celle-ci est accompagnée d’une trame sonore, une musique qui fusionne les sons ambiants des logements avec une interprétation de musique atonale. La performance in situ 23 usages, 7 heures, 7 jours  se déroule dans les espaces extérieurs. Dans une optique de mimétisme, l’étudiante Inès Barthelet reproduit les actions observées sur les lieux. Réalisée par l’étudiante Gaëlle Descamps, l’installation 259 Boul. De Maisonneuve E présente divers objets comme une liste d’épicerie devenant une recette, une piñata réparée, des ustensiles à usage unique nettoyés, etc. Ces éléments accueillent le public pour (re) habiter l’espace de manière chaleureuse.

Les autres étudiantes et étudiants qui ont participé à la présentation publique étaient Aralie Aubry, Julie Bouchard, Claudel Ethier, Andra Mandres, Camille Panchaud-Lefebvre, Louis Post, Amaralina Ramalho-Alvarez et Aurélien Ventrella.

Le projet de laboratoire artistique a été développé en partenariat avec la Corporation d’habitation Jeanne-Mance et la collaboration de l’organisme Go Jeunesse.

PARTAGER