De belles images à Ottawa!

Des images sélectionnées au fil des ans pour le concours La Preuve par l'image sont exposées dans la capitale.

14 Juillet 2021 à 12H02

L'exposition est présentée tout l'été sur le pont Plaza au centre-ville d'Ottawa.Photo: CRSNG

Vingt images de recherche captivantes soumises dans le cadre des concours La preuve par l’image et Science Exposed lors d’éditions précédentes ont été sélectionnées pour faire partie d’une exposition extérieure présentée tout l’été sur le pont Plaza au centre-ville d’Ottawa. Les images du professeur associé au Département des sciences biologiques Rodolphe Soret et de la candidate à la maîtrise en sciences de la Terre Joan Vallerand ont été retenues pour cette exposition.

Les images et leurs descriptions bilingues sont présentées sur de larges panneaux à la hauteur des yeux pour que les gens qui traversent le pont puissent les consulter et en apprendre davantage sur les travaux de recherche faits à travers le Canada. L’exposition est présentée jusqu'à la fin octobre. 

Petite cellule deviendra patte
Photo: Rodolphe Soret

Petite cellule deviendra patte, l'image de Rodolphe Soret qui avait été sélectionnée pour le concours La preuve par l'image en 2015, montre la patte arrière d'un embryon de souris. Ces curieux points rouges sont des cellules souches polyvalentes qui donnent naissance à une grande variété de types cellulaires. On les appelle les cellules de la crête neurale. Partant de cette crête, elles migrent vers d'autres régions de l'embryon pour former les muscles, les os, les tissus adipeux, les cartilages, le système nerveux et la peau. L'insertion d'une molécule rouge fluorescente dans le génome d'une souris permet de visualiser l'évolution de ces cellules.

À coup de redouxPhoto: Joan Vallerand

De grands froids ont formé une couche de glace le long des berges de la rivière Richelieu, à la hauteur de Saint-Jean. Après une décrue, cette croûte glacée est demeurée suspendue au-dessus de l’eau, mais à la faveur d’un redoux, des petits glaçons ont commencé à apparaître. Stoppés par le retour du gel, ils se réfléchissent maintenant sur une mince couche de nouvelle glace, comme le montre la photographie intitulée À coup de redoux de Joan Vallerand (2019). Ces capricieuses oscillations autour du point de congélation risquent de se multiplier avec les changements climatiques.

PARTAGER