Une première montréalaise

UTILE projette la construction de la première coopérative d'habitation étudiante de Montréal.

29 Juin 2015 à 16H28

Rendu préliminaire de la première coopérative d'habitation étudiante de Montréal. Image: UTILE

Lors de sa création à l'UQAM, en 2012, l'Unité de travail pour l'implantation de logement étudiant (UTILE) travaillait à un projet de logements étudiants à l'îlot Voyageur. «Ce projet a été abandonné, car nous avions trop de contraintes, souligne Laurent Levesque (B.Sc. urbanisme, 2013), fondateur et coordonnateur général d'UTILE, dont la mission est le développement, l'étude et la promotion du logement étudiant au Québec selon une formule coopérative. Nous sommes présentement en train de négocier l'achat de terrains pour la construction de la première coopérative d'habitation étudiante de Montréal

Ce projet, qui a obtenu jusqu'à maintenant deux millions de dollars de la part de l'Association étudiante de l'Université Concordia, vise la construction d'un bâtiment de 150 à 180 chambres dans le sud-ouest de la ville. «Nous sommes en pourparlers avec d'autres investisseurs et nous espérons que le projet fasse boule de neige», ajoute Laurent Levesque, qui est également finissant au programme court de deuxième cycle en gestion du développement économique urbain. 

Selon une étude de marché réalisée par UTILE et dévoilée le 18 juin dernier, les besoins en logements étudiants abordables à Montréal se chiffrent à plus de 4 200 chambres. «L'étude démontre non seulement l'existence d'une demande réelle pour de nouveaux logements étudiants abordables, mais aussi des impacts insoupçonnés de la population étudiante sur le parc locatif métropolitain, explique Laurent Levesque. En comparant les données de l'étude à celles de la Société canadienne d'hypothèque et de logement, on constate que la population étudiante paie jusqu'à 80 % plus cher que la moyenne pour les grands appartements – car la colocation permet aux propriétaires de cumuler un revenu par chambre. On observe donc que la colocation donne l'avantage aux ménages étudiants sur les familles dans la compétition pour les grands logements.»

Le projet de coopérative d'habitation étudiante relève d'une approche de développement urbain intégré, poursuit le fondateur d'UTILE. «Il s'insère autant dans les orientations de la ville visant à consolider son statut de métropole universitaire que dans celles visant la rétention des familles à Montréal. Nous souhaitons revitaliser durablement certains quartiers par l'intermédiaire du logement étudiant.» L'entrepreneur est confiant de voir la coopérative achevée à temps pour le 375e anniversaire de Montréal, en 2017.

Un pôle d'expertise

En parallèle à ses projets de développement immobilier, UTILE s'est positionné comme un pôle d'expertise sur la question du logement étudiant, un enjeu peu abordé et peu documenté au Québec. «Nous favorisons la recherche, la représentation et l'innovation dans le domaine», note Laurent Levesque.

En février dernier, UTILE a lancé le site lappart.info, destiné aux étudiants qui débarquent dans la métropole et qui désirent se trouver un logement.  «Presque les deux tiers de la population étudiante viennent de l'extérieur de la ville et se retrouvent à payer plus cher que la moyenne, réitère Laurent Levesque. Ce site leur fournit des informations et des trucs à propos du marché locatif montréalais.»

Président du comité jeunesse

Laurent Levesque

Laurent Levesque vient d'être élu pour un mandat de deux ans à la présidence du comité jeunesse du Chantier de l'économie sociale. «Cela m'amène à participer aux réunions du conseil d'administration afin de faire valoir le point de vue des jeunes. Le Chantier de l'économie sociale, rappelle le nouvel élu, est l'un des interlocuteurs privilégiés du gouvernement dans ce domaine.»

Créé en 1999, le Chantier de l'économie sociale est une corporation autonome à but non lucratif, qui regroupe divers acteurs et partenaires au niveau régional et national. «Sa mission est de promouvoir l'économie sociale comme partie intégrante de l'économie plurielle du Québec et, ce faisant, de participer à la démocratisation de l'économie ainsi qu'à l'émergence de ce modèle de développement basé sur des valeurs de solidarité, d'équité et de transparence», souligne Laurent Levesque.

Son élection enchante l'étudiant d'autant plus qu'en mai dernier, le gouvernement a dévoilé un plan d'action reposant sur des investissements de plus de 100 millions de dollars pour favoriser le développement de l'économie sociale québécoise au cours des cinq prochaines années.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE