Voir plus
Voir moins

Une dictée truffée de pièges !

L’étudiante Marie-Claude Paventi remporte la Grande Dictée Éric-Fournier.

12 mars 2014 à 16 h 03

Mis à jour le 7 juin 2022 à 12 h 14

Photo

La chanteuse Louise Forestier, Geneviève Lemieux, Audrey Pellerin, Marie-Claude Paventi, Martine Bélanger-Godbout et Valérie Bélanger, vice-présidente aux services de l’Association des étudiantes et étudiants de la Faculté des sciences de l’éducation.    

Marie-Claude Paventi (B.A. enseignement secondaire, 2011), étudiante à la maîtrise en didactique des langues, est la championne de la 7e édition de la Grande Dictée Éric-Fournier, qui a rassemblé 250 personnes le 8 mars dernier, dont des étudiants et des enseignants de l’UQAM, de l’Université de Montréal et des écoles de la grande région montréalaise. L’étudiante a obtenu une bourse de 500 dollars du Conseil de diplômés de la Faculté des sciences de l’éducation ainsi que le logiciel Antidote 8. C’est la chanteuse et comédienne Louise Forestier qui a lu la dictée originale composée par Anne-Hélène Jutras, diplômée de la maîtrise en linguistique et championne de la dictée pendant trois années consécutives, de 2011 à 2013.

Cette année, la dictée de 360 mots contenait pas moins de 131 pièges ! Marie-Claude Paventi a commis 16 fautes, tandis que Martine Bélanger-Godbout (B.A. enseignement secondaire, 2006), enseignante à l’Externat Sacré-Coeur, à Rosemère, est arrivée deuxième avec 26 fautes. Audrey Pellerin (B.A. enseignement secondaire, 2005), enseignante au Collège Notre-Dame-de-Lourdes, à Longueuil, et Geneviève Lemieux (B.A. adaptation scolaire et sociale, 1993), enseignante à l’École Victor-Doré, à Montréal, ont terminé aux troisième et quatrième rangs. Fait à noter, six participants seulement ont fait moins de 30 fautes.

Plus de 30 000 dollars en bourses et en prix ont été remis aux participants et bénévoles par les partenaires de l’événement, dont Druide informatique, principal commanditaire et collaborateur.  

Cette édition de la Grande Dictée Éric-Fournier, qui vise à aider les enseignants et les étudiants en enseignement à accroître leur maîtrise du français écrit, a été organisée par Valérie Bélanger, vice-présidente aux services de l’Association des étudiantes et des étudiants de la Faculté des sciences de l’éducation (ADEESE), en collaboration avec la Faculté et Jean-Guillaume Dumont, fondateur du projet.