Jouer à la (vraie) guerre

Dans Le journal de guerre d'Emilio, un album illustré pour adolescents, l'auteur et professeur retraité André Jacob, de l'École de travail social, dépeint la dure réalité des enfants-soldats.

18 Juillet 2013 à 0H00

Le 20 avril 2008, des soldats masqués et armés de mitraillettes font irruption dans la classe d'Emilio, âgé de 13 ans. L'adolescent fera partie d'un groupe d'écoliers, filles et garçons, enlevé par l'armée révolutionnaire de la Colombie. Dans la chaleur suffocante de la jungle où est érigé le camp des troupes, les enfants apprendront à obéir aux consignes de leur commandant, à manier des armes et à se camoufler dans l'épaisse forêt comme de vrais guerriers. Le sentiment d'aventure et de liberté qu'Emilio éprouve au départ fait rapidement place à la peur et à la détresse. L'adolescent vivra dans cet enfer pendant près de deux ans, sans nouvelle de sa famille.

Le journal de guerre d'Emilio, un album illustré pour adolescents publié aux éditions de l'Isatis, est largement inspiré de faits réels. «Dans le cadre d'un voyage au Salvador, j'ai rencontré d'anciens combattants enrôlés de force pendant leur adolescence, des jeunes dont ont a volé l'enfance et la liberté, raconte l'auteur, André Jacob, aujourd'hui professeur retraité de l'École de travail social. L'histoire du jeune Emilio s'inspire de leurs témoignages.»

Selon des statistiques de l'Organisation des Nations Unies datant de 2009, on dénombrerait quelque 250 000 enfants-soldats dans le monde. Des adolescents et même des enfants de sept ou huit ans sont enlevés à leurs parents par des factions militaires ou des groupes paramilitaires en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud. Ces enfants constituent une main-d'œuvre abondante, interchangeable et peu chère. «Ils sont faciles à manipuler. Si on les entraîne à tuer, ils le font; ils tuent sans scrupules, explique André Jacob. Les enfants ne sont pas vraiment conscients de leurs actes. Ils n'ont pas de recul critique. Tuer quelqu'un devient pour eux un geste banal.» Le fait de porter une arme est pour ces petits une véritable fierté et leur donne un sentiment de puissance et d'invincibilité. «Les enfants-soldats sont difficiles à réhabiliter: ils deviennent insensibles aux autres, à la souffrance», observe l'auteur.

Un travail de conscientisation

Le chercheur associé à la Chaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté (CRIEC) déplore l'engouement des jeunes pour les jeux vidéo de guerre. «Les jeunes d'ici ne sont pas conscients du fait que de nombreux enfants de leur âge participent à de vrais combats. L'idée derrière Le journal de guerre d'Emilio, c'est de montrer que cette barbarie n'est pas un jeu.»

Depuis la sortie de l'ouvrage, en mars dernier, André Jacob fait la tournée des écoles secondaires afin de parler de la réalité des enfants-soldats. «La plupart des adolescents québécois ignorent qu'une telle situation existe et ont de la difficulté à le croire! Pour eux, un soldat, c'est un adulte, un professionnel, qui s'est engagé de manière volontaire.» Les adolescents sont fascinés par la liberté dont jouissent apparemment les enfants-soldats et par le fait qu'ils ne fréquentent plus l'école, se désole l'auteur. «En réalité, la guerre leur a tout pris, dit-il. Ils sont coupés de leurs amis, de leur famille, de leur village. C'est une terrible brisure dans la vie d'une personne.»

Le prochain livre pour adolescents d'André Jacob traitera des aides domestiques. «Ces femmes, à statut très précaire, immigrent bien souvent au Canada sans visa en règle, ne parlent ni le français ni l'anglais et sont confinées à la maison de leur employeur. Elles n'ont pas vraiment de droits», explique-t-il. Le spécialiste de l'immigration, qui a enseigné la coopération internationale, compte aussi publier un recueil de poésie cet automne. Un ouvrage rédigé pendant la dernière campagne électorale québécoise de 2012. «J'aborde la politique avec beaucoup d'humour. J'y traite entre autres du départ de Jean Charest et des tribulations du maire de Saguenay!» Quant au Journal de guerre d'Emilio, qui contient un guide pédagogique pour les enseignants, il sera publié en version audio-guide à l'automne.

PARTAGER