Rire et délire avec la LicUQAM

La Ligue d'improvisation centrale de l'UQAM (LicUqam) entame sa 15e saison avec vitalité.

10 Janvier 2011 à 0H00

Vendredi, 20h. La petite salle du Grimoire, où s'affrontent ce soir deux des quatre équipes de la Ligue d'improvisation centrale de l'UQAM (LicUqam), est remplie à craquer, la bière coule à flots, l'animateur de foule est survolté. C'est un match spécial car tous les profits de la soirée seront versés à la Campagne Centraide UQAM. L'événement permettra d'ailleurs de recueillir 333 $. Les joueurs du Mistral et de l'Alizé arrivent à tour de rôle sous les applaudissements de la foule et prennent place dans la minuscule arène. En rang d'oignon, la main sur le cœur, ils entament l'hymne de la Ligue : «Éole prenait son bain, au milieu d'un orage, perdu dans ses pensées, la tête dans les nuages...»

Francine Jacques, directrice de la campagne Centraide UQAM, est par la suite invitée dans l'arène pour le coup d'envoi du match. Et c'est parti! La première improvisation est d'une durée de cinq minutes et a pour titre «Le secret du président». Chaque équipe s'exécute et fait crouler de rire l'auditoire. Les répliques fusent de part et d'autre. Les joueurs et les joueuses sont visiblement en forme! Le ton frôle souvent l'absurde et les sujets abordés passent de la fête de Noël à la religion, en passant par la mort, l'avortement, l'amour hétéro, l'amour gai, les clochards et les extra-terrestres (!). Le langage est cru, mordant, parfois vulgaire, mais le public en redemande.

Un peu d'histoire

C'est en 1995 que Christian Laurence (B.A. communication, 98), aujourd'hui réalisateur et entraîneur de la Ligue nationale d'improvisation (LNI), et Marc-Antoine Godin, alors étudiants à l'UQAM, mettent sur pied l'ImproUQAM. Un troisième larron, Christian Robitaille, les rejoindra peu de temps après. «L'UQAM avait déjà des départements de théâtre et de communication, il ne manquait plus qu'une ligue d'improvisation», raconte Christian Laurence sur le site Web de la LicUQAM.

En 1997, l'ImproUQAM change son nom pour la «Ligue d'improvisation centrale de l'UQAM» et gagne la Coupe universitaire d'improvisation, titre qu'elle remportera à quatre occasions. C'est pour se distinguer de la Ligue d'improvisation de l'UQAM, créée par les étudiants en animation culturelle, que les fondateurs de la LIcUQAM ont rajouté le terme «centrale» à leur nom.

Durant les premiers mois de son existence, les joueurs de la LicUQAM élisent domicile au Café Aquin, mais l'endroit devient rapidement trop exigu pour accueillir les nombreux supporters. La ligue et ses joueurs ont dû déménager une dizaine de fois au courant des dernières années, à l'intérieur comme à l'extérieur de l'UQAM. «C'est probablement la ligue d'improvisation la plus itinérante du monde!», croit Alexandre Cadieux, un ancien joueur de la Ligue. Cette année, la LicUQAM a établi son quartier général au Grimoire et espère y rester longtemps!

Les matchs de la LicUQAM ont lieu tous les vendredis à 20h, au Grimoire. Le 4 février prochain, les joueurs de la LicUQAM affronteront ceux de la LNI. L'entrée est de 3 $ pour les étudiants et de 4 $ pour tous.

PARTAGER