Voir plus
Voir moins

Pierre Mayrand, professeur retraité du Département d’histoire de l’art, remporte le Prix Carrière de la Société des musées québécois

19 octobre 2010 à 5 h 10

Mis à jour le 7 juin 2022 à 12 h 29

Photo : Julie Landreville” rel=”shadowbox”>mayrand_pierrePierre Mayrand, professeur retraité du Département d’histoire de l’art, a reçu le 14 octobre dernier le Prix Carrière de la Société des musées québécois (SMQ) pour son «engagement profond et soutenu au développement et au rayonnement de la muséologie au Québec». Ce prix est la plus haute distinction accordée par la SMQ, qui souligne les réalisations des membres ayant contribué de façon significative à l’avancement de la muséologie québécoise.

Professeur à l’UQAM, Pierre Mayrand a été l’un des premiers à enseigner la muséologie et le patrimoine au Québec. Avec Georges-Henri Rivière, considéré comme le père des écomusées, et Hugues de Varine, il a été de toutes les tribunes pour faire progresser les principes et les valeurs de la nouvelle muséologie.

Le professeur Mayrand a participé à la Déclaration de Santiago du Chili en 1972, moment important dans l’histoire de la muséologie internationale. Il fut l’un des premiers grands ambassadeurs de la muséologie québécoise au sein du Conseil international des musées et a été président-fondateur du Mouvement international pour une nouvelle muséologie (MINOM, Conseil international des musées/Unesco). Il a été concepteur-idéateur et coordonnateur pendant 20 ans de l’Écomusée de la Haute-Beauce, fondé en 1978, à Saint-Hilaire-de-Dorset.

Pierre Mayrand a été associé également à l’Écomusée du fier monde de Montréal, de 1980 à 1990. Au fil du temps, il a fait de la recherche, de la formation et a contribué au développement du concept de l’Écomusée du fier monde, le mettant en contact avec des praticiens et des théoriciens de l’écomuséologie d’ici et d’ailleurs tout en faisant la promotion de l’Écomusée dans ses écrits et ses conférences.

Se disant «altermuséologue», Pierre Mayrand a toujours défendu les valeurs sociales. Pour lui, le musée est un acteur social de premier plan qui peut contribuer au changement.