Voir plus
Voir moins

Le professeur Simon Harel remporte le prix Trudeau pour sa contribution exceptionnelle aux études littéraires et culturelles

13 mai 2009 à 13 h 05

Mis à jour le 7 juin 2022 à 12 h 35

Le professeur Simon Harel, du Département d’études littéraires, figure parmi les lauréats 2009 du prix Trudeau, décerné par la Fondation Pierre Elliott Trudeau à des spécialistes des sciences humaines et sociales faisant preuve d’un engagement intellectuel hors du commun. Ce prix, d’une valeur de 225 000 $, récompense des lauréats qui se sont illustrés par leurs réalisations en recherche, leur créativité et leur engagement dans la vie publique. En remportant ce prix, Simon Harel devient le deuxième professeur de l’UQAM honoré par la Fondation Pierre Elliott Trudeau, rejoignant ainsi Joseph Yvon Thériault (lauréat 2007), professeur au Département de sociologie et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en Mondialisation, citoyenneté et démocratie.

«Je félicite le professeur Harel de cette prestigieuse distinction, a déclaré le vice-recteur à la Recherche et à la création de l’UQAM, Guy Berthiaume. Ses recherches sur l’exclusion et les migrations sont brûlantes d’actualité et elles illustrent de façon remarquable L’effet UQAM dans nos sociétés.»

«Les nouveaux lauréats Trudeau ont démontré hors de tout doute qu’avec de l’imagination et une conscience sociale authentique il est possible de mettre la plus grande rigueur scientifique au service des grandes questions qui préoccupent notre pays», a pour sa part souligné le président de la Fondation, Pierre-Gerlier Forest.

Outre le professeur Simon Harel, seul lauréat québécois en 2009, trois autres chercheurs reçoivent le prix Trudeau cette année. Il s’agit d’Isabella C. Bakker (Université York), de Beverley Diamond (Université Memorial de Terre-Neuve) et de Jeremy Webber (Université de Victoria).

Simon Harel
Professeur au Département d’études littéraires de l’UQAM depuis 1989, Simon Harel (B.A. 1978; M.A. 1982, études littéraires) dirige à l’UQAM le Centre d’études sur les lettres, les arts et les traditions (CELAT). Véritable pionnier de l’étude des transformations de notre espace littéraire et culturel sous l’effet des migrations, le travail de Simon Harel possède une dimension éthique et sociale qui lui confère une valeur universelle.

Chercheur et auteur prolifique, il a ouvert et développé un domaine de recherche inexploré sur les écritures migrantes, particulièrement en contexte minoritaire. L’œuvre de Simon Harel se situe aux frontières des études littéraires et des études culturelles. S’intéressant aux différentes formes du récit, ses travaux traitent des représentations limitrophes de l’altérité, des phénomènes d’exclusion et de problématiques interculturelles. Son ouvrage Voleurs de parcours, publié en 1989 et réédité en 1999, est reconnu comme l’un des livres les plus significatifs des années 1980 et 1990 dans le champ des études culturelles au Québec.

Intellectuel de premier plan et leader scientifique reconnu, Simon Harel a publié, en à peine 20 ans de carrière, plus d’une vingtaine d’ouvrages et au-delà de 120 articles scientifiques. Il a représenté le Canada à plusieurs reprises dans des forums internationaux et est aussi régulièrement sollicité à titre de professeur invité en France, aux États-Unis et au Brésil. Parmi ses ouvrages les plus récents, signalons Braconnages identitaires. Un Québec palimpseste (2006), Les passages obligés de l’écriture migrante (2005) et Un boîtier d’écriture. Les lieux dits de Michel Leiris (2002).

À propos de la Fondation Pierre Elliott Trudeau
La Fondation Pierre Elliott Trudeau est un organisme de bienfaisance canadien, indépendant et sans affiliation politique créé en 2001 par la famille, les amis et les collègues de l’ancien premier ministre pour lui rendre hommage. La Fondation soutient des personnes qui se distinguent en affrontant les problèmes cruciaux de notre société. Octroyés au terme d’un rigoureux processus de mise en candidature, les prix Trudeau sont remis annuellement, et ce pour une durée de trois ans. À ce jour, la Fondation a récompensé près de 200 personnes pour souligner leurs réalisations, au Canada comme à l’étranger.

Soulignons que le professeur Joseph Yvon Thériault, lauréat du prix Trudeau en 2007, prononcera le 26 mai prochain une conférence intitulée «Le Canada est-il vraiment une société cosmopolite?», à l’Université Carleton d’Ottawa, dans le cadre du cycle de conférences organisées par la Fondation Trudeau en collaboration avec la Fédération des sciences sociales du Canada.